OPCVM : 8ème trimestre consécutif de décollecte

Les données du marché français de la gestion collective au 3ème trimestre, publiées par EUROPERFORMANCE font apparaître une nette accélération des ventes, en août et septembre, dans un contexte d’aggravation de la crise des dettes souveraines.

 

Particulièrement fort pour les actifs à long terme, recouvrant les catégories de trésorerie dynamique, obligations, actions, les OPCVM garantis ou à formule et fonds alternatifs,  ce phénomène touche ce trimestre tous les compartiments du marché.

 

Au total, les souscriptions nettes sont négatives de 24,2 milliards d’euro, 23 milliards provenant des retraits sur les actifs à long terme.

 

Sur un an glissant la décollecte atteint près de 76 milliards d’euro !

 

A ce phénomène de décollecte s’ajoute l’impact négatif de la baisse des cours évalué ce trimestre à 45,3 milliards d’euro.

 

Au total, le marché français de la gestion collective enregistre sa plus forte baisse d’encours trimestrielle, -8,9%.

 

Les actifs sous gestion sont ainsi ramenés à 735,1 milliards soit le niveau d’avril 2005.

 

Toutes les catégories sont touchées.

 

Si la décollecte est moindre sur les OPCVM de trésorerie régulière (-1,4 milliards sur un total de 321 milliards), elle s’accélère sur les fonds de trésorerie dynamique  (-4,5 milliards d’euro) jusqu’alors préservés : il est vrai que leurs performances ont été fortement chahutées en août et septembre et s’affichent très inférieures à l’EONIA.

 

Les demandes de rachat se sont nettement accentuées sur les OPCVM obligataires : 4,1 milliards ce trimestre, plus de 12 milliards sur un an.

 

La baisse des bourses s’est traduite, à partir d’août, par de forts rachats nets sur les fonds Actions, 8 milliards d’euro sur le trimestre, qui concernent toutes les zones géographiques et tous les secteurs d’activité :

 

Les fonds actions françaises et européennes ont perdu 4 milliards  mais les fonds d’actions internationales, y compris les fonds Asie ont enregistré des souscriptions nettes négatives. Tous les secteurs d’activité ont subi des désengagements, y compris les fonds Actions Or et Matières Premières.

 

Avec des performances particulièrement négatives, l’encours de la classe d’actif en registre un recul de 22% et s’établit désormais à 161,7 milliards d’euro, soit le niveau atteint il y a deux ans.

 

 Les fonds Absolute Return, les OPCVM garantis  et la gestion alternative sont également en situation de décollecte. Il est vrai qu’ils ont parallèlement vu  leur performance se dégrader sensiblement à partir du mois d’août. Ainsi, l’indice EUROPERFORMANCE de la catégorie des fonds alternatifs Multi-stratégies réalise  un rendement trimestriel inférieur de 172 points de base par rapport à l’EONIA.

 

La dégradation de la conjoncture au quatrième trimestre laisse peu d’espoir de correction de cette tendance.

 

Article paru dans l’As Patrimonial N°41 Novembre Décembre 2011

 

Laissez un commentaire