Le coup de cœur de Philippe Honoré « 52 conseils éternels pour entreprendre et innover, d’après les maximes de Baltasar Gracian » de Jacques Birol

Diplômé d’HEC, Jacques Birol a présidé l’agence de publicité Publicis Etoile. Cofondateur du site Keljob.com, il dirige son cabinet Less § More et accompagne des initiatives entrepreneuriales et des projets innovants. Spécialisé dans la communication et la gestion de l’innovation, il enseigne à HEC et à l’Ecole des Mines.

Jacques Birol nous invite à une lecture très contemporaine de 52 maximes de Baltasar Gracian, sélectionnées parmi les 300 conseils « pour se faire sa place dans le monde » publiés il y a quatre siècles   dans son ouvrage consacré à « L’art de la prudence ».

Baltasar Gracian, jésuite espagnol du XVII ème, contemporain de Descartes, de Galilée et de Spinoza  se pose en contradicteur de la pensée dominante.

Que l’on ne s’y trompe pas, « L’Art de la prudence » est, nous dit Jacques Birol, « le premier manifeste opérationnel destiné à ceux qui veulent modifier l’ordre établi », « un concentré de sagesse entrepreneuriale, une véritable philosophie de l’action ». Il s’agit bien de la prudence   mise au service de l’action, du mouvement, la prudence et le réalisme nécessaires aux entrepreneurs innovants, pour maîtriser le présent et obtenir des décisions positives alors que tout s’oppose au changement !

Les principes qui guident cette prudence dynamique concordent avec les connaissances nouvelles sur le comportement des entrepreneurs, mises en lumière par les chercheurs en sciences cognitives :

Baltasar Gracian   s’oppose à Descartes  en considérant le rôle du corps dans la pensée, il comprend le pouvoir des émotions sur les prises de décision au point de conseiller de les utiliser : pour faire passer vos projets « gagner les cœurs ! ». Quatre siècles plus tard,   Antonio Damasio, neuropsychologue américain publie « l’Erreur de Descartes, la raison des émotions » et établis que les émotions jouent un rôle essentiel dans la prise de décision, tout particulièrement en situation d’incertitude!

« Homme d’action à contre courant, cognitiviste avant la lettre, c’est aussi un communicant d’aujourd’hui » souligne Jacques Birol. En s’exprimant par le biais de 300 maximes, en les diffusants largement, il prend le parti de rendre sa philosophie accessible au plus grand nombre. « Les titres de chacune d’elles sonnent comme des slogans publicitaires et la taille du contenu n’excède généralement pas la taille d’un SMS ».

L’auteur a fait un choix sélectif de 52 maximes, autant de conseils pour entreprendre et innover. Il a pris le parti de doter chacune de son miroir contemporain en faisant appel  aux penseurs et gestionnaires d’aujourd’hui, tels que Eric Schmidt, PDG de Google, Steve Jobs, Seth Godin, Daniel Carasso, fondateur de Danone ou Teery Matthews, entrepreneur exemplaire, créateur de Mitel Networks.

L’entame fait le parallèle entre l’époque de Baltasar Gracian, marquée par les bouleversements  dans les sciences, la vision du monde et la conception de l’homme, celle des premières découvertes, de Colomb, Copernic, Gutenberg,  et la révolution numérique du 21ème siècle :

« Il faut aujourd’hui plus de conditions pour faire un sage, qu’il n’en fallut anciennement pour en faire sept ; et il faut en ces temps-ci plus d’habileté pour traiter avec un seul homme, qu’il en fallait autrefois, pour traiter avec tout un peuple.»

Et l’ouvrage se conclut par une considération sur l’éthique « La vertu n’a besoin que d’elle-même, elle rend l’homme aimable durant sa vie et mémorable après sa mort. » à laquelle répond Marcel Bleustein-Blanchet, fondateur du groupe Publicis: « Dans les affaires, il y a des choses qui se font, et des choses qui ne se font pas. Chez nous, on ne fait pas les choses qui ne se font pas. Si vous me demandez lesquelles, eh bien, c’est en vous que vous trouverez la réponse, c’est une question d’éducation. »

Une pensée à méditer…pour tous les entrepreneurs et pour tous nos hommes politiques…

Publié dans l’As Patrimonial N°38 Juillet Août 2011

Laissez un commentaire